La voix du Nord s’intéresse aux progrès technologiques des nouveaux avions de l’aéroclub !

http://www.lavoixdunord.fr/135069/article/2017-03-19/l-union-aerienne-de-lille-roubaix-tourcoing-mise-sur-l-avion-silencieux

 

BONDUES

L’Union aérienne de Lille-Roubaix-Tourcoing mise sur l’avion silencieux

Depuis le début de l’année, l’aéro-club de Bondues (Ualrt) accueille dans sa flotte un avion Robin « Ecoflyer » de nouvelle génération et moins bruyant. Il illustre aussi la volonté d’aller vers des machines plus silencieuses.

Par Arnaud Dufresne | Publié le 19/03/2017

partager twitter Le journal du jour à partir de 0.79€

En mesure de bruit, le DR401 Ecoflyer perd 4db par rapport à ses cousins essence de même puissance. Il est aussi moins gourmand en carburant.

Depuis le mois de janvier à l’aérodrome de Bondues, l’Union aérienne Lille-Roubaix-Tourcoing (UALRT) forme ses instructeurs et pilotes à un nouvel avion, le DR401 Ecoflyer diesel. Si, visuellement, le dernier né des ateliers Robin (en Bourgogne) semble similaire à ses cousins essence, l’Ecoflyer marque sa différence à l’oreille : il est moins bruyant.

Technologiquement, l’engin fait un bon en avant de plusieurs dizaines d’années. «  On ressent un vrai changement au décollage puis en vol, notamment grâce à son hélice tripale, souligne Jean-Marc Bougenière, président de l’Ualrt. C’est un avion plus silencieux, pour les pilotes et aussi les riverains.  »

Portes ouvertes à l’aérodrome les 1er et 2 avril

Comme les sept autres Robins de l’Ualrt, l’Ecoflyer est un avion-école et de voyage, et non de voltige. Il n’a donc pas vocation à évoluer à proximité des habitations situées autour de l’aérodrome, sauf lors des phases de décollage et d’atterrissage. Qui seront donc plus discrètes.

L’avion est à Bondues pour au moins un an, et s’ajoute à un autre Robin, essence, équipé d’un silencieux d’échappement. Ce n’est pas un hasard : «  On va dans tous les cas vers une réduction des nuisances sonores grâce aussi aux progrès de la technique, souligne Jean-Marc Bougenière. Et si, un jour, on a des avions électriques en aéro-club, ce sera encore plus flagrant.  » En attendant, le public est invité à découvrir (et entendre) le nouvel Ecoflyer, lors des portes ouvertes de l’aérodrome, les 1er et 2 avril prochains.

Share This